Les derniers Grands témoins

Hirotoshi Nishizawa

Président de l'AJHA - association des hôpitaux japonais, "All Japan Hospital Association"


Propos recueillis par : P. Garassus | Ecrit le 12/06/11 | envoyer l'article par mail envoyer par mail | impression Imprimer

Nous sommes allés à la rencontre de l’association des hôpitaux japonais All Japan Hospital Association (AJHA) pour connaître les conséquences de l’enchainement des catastrophes dans le nord du Japon

...avec successivement le tremblement de terre, le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima. Nous avons abordé la situation actuelle mais aussi les perspectives d’adaptation de l’offre de soins, dans une période économique contrainte. Ce sont donc ces deux aspects que nous vous rapportons.

L’association AJHA regroupe 2.232 hôpitaux (soit 25,6% du total au Japon), fondée en 1960, sa mission est dédiée à l’amélioration de la qualité et l’efficience hospitalières. Nous avons été reçus par son Président Monsieur Hirotoshi Nishizawa, accompagné de Monsieur le Professeur (MD, PhD, Division of Health Policy and Health Service Research, Department of Social Medicine, Toho University School of Medicine) et de Madame le Docteur Ai Yoshida (MD) du même département universitaire.

PG : Comment avez-vous pu réagir à l’enchainement des catastrophes récentes ?
Président Hirotoshi Nishizawa, "HN" :

Le Japon connaît les risques sismiques auquel il est exposé. Nous avons déjà l’expérience du tremblement de terre de Kobe en 1995. Nous avons réuni nos équipes pour aider au mieux les hôpitaux concernés, mais également nous avons participé aux collectes de soutiens concernant les besoins en matériel et l’organisation des moyens humains nécessaires. Un des drames de la situation est que le tsunami a été beaucoup plus meurtrier que le tremblement de terre lui-même, et qu’il y a eu en fait de nombreux morts et disparus mais proportionnellement peu de blessés à prendre en charge. Une des actions premières a donc été la prise d’information pour apporter des aides ciblées. Nous avons analysé les besoins et envoyé au plus vite les équipes disponibles (73 équipes et missions au total).

PG : Comment faire face à la situation sanitaire dans les zones sinistrées, aujourd’hui mais également au long terme ?
HN :

Les hôpitaux ne sont en fait qu’un des acteurs de la vie sociale et c’est en fait tout le réaménagement du territoire qui est à réaliser. Le Japon va devoir reconstruire des villes entières et les hôpitaux sont un de ces besoins nécessaires à la reprise d’une vie normale. Nous attendons aussi l’évaluation précise des conséquences dans la préfecture de Fukushima. Nous sommes plus inquiets sur les besoins financiers qui sont spécifiques aux hôpitaux privés, qui sont au Japon plus impliqués dans les soins de longue durée et pour les pathologies chroniques. Nous espérons que les aides seront allouées équitablement entre les différents acteurs. Les besoins de reconstruction restent importants et l’association est là pour coordonner les actions.

PG : Quel est le contexte économique, comment va-t-il influencer la reconstruction ?
Professeur Tomonori Hasegawa "TH" :

Nous avons estimé les conséquences économiques du récent tremblement de terre à plus de 3% de PIB sur l’année à venir. Cette estimation est issue des données comparables constatées après la catastrophe de Kobe en 1995 qui avait impacté de 2% sur le PIB. La stabilité économique du Japon ne semble pas en cause, malgré l’importance des difficultés constatées. Nous allons devoir faire preuve de vertus organisationnelles mais aussi et surtout d’efficience dans un contexte où les dépenses de santé augmentent. Vous connaissez notre situation particulière avec une population âgée et dont la prise en charge de la dépendance est un des enjeux collectifs. Notre système de santé est un système assurantiel public de type couverture universelle, système auquel sont très attachés les japonais. Il a été mis en place en 1961 et nous fêtons donc cette année son cinquantenaire. Il a permis un développement du secteur sanitaire. Malgré la crise internationale et les spécificités économiques au Japon, nous pensons que la stabilisation de la situation est un enjeu accessible. Les catastrophes récentes ne paraissent pas remettre en cause ces perspectives. Nous rappelons que l’outil industriel est opérationnel dans la plupart du pays. Notre travail sera donc de nous adapter aux circonstances mais nous avons la volonté de faire face à ces difficultés. Pour notre secteur, les plus gros enjeux à long terme restent liés au vieillissement de la population et à la contrainte exercée sur l’augmentation des dépenses de santé. L’efficience hospitalière est donc au cœur du sujet.

PG : Pouvons-nous revenir à la situation médico-économique japonaise. Comment sont déterminés les tarifs hospitaliers ?
HN :

Nous sommes membres du comité ministériel qui fixe les prix et tarifs où je siège à titre personnel au titre de Président de l’association AJHA. Le Japon a des tarifs déterminés par DPC* (Ndr : ce qui équivaut à la TAA en France, ou au principe de « prospective payment » by DRG international ; les DPC sont calculés à partir d’une étude de coûts de 82 hôpitaux). La périodicité des révisions a lieu tous les deux ans. Chaque étape de négociation tarifaire est donc particulièrement importante et délicate et il faut dire qu’il n’y a pas eu d’augmentation significative récente. La contrainte économique était déjà fortement présente.

PG : Pourquoi des différences importantes sur les durées de séjour hospitalier au Japon dans les analyses OCDE ?
TH :

cela est dû à une mauvaise segmentation entre « courts séjours » d’un côté et « moyen/long séjours » de l’autre dans les bases de données. En fait la durée de séjours est tout à fait équivalente au Japon et dans les pays de l’OCDE pour les prises en charge de court séjour, de type MCO (Ndr : on reprend cette question à la suite de l’interview précédente concernant la difficulté d’homogénéisation des résultats par pays, sur notre site internet par Mark Pearson). Il n’y a pas de particularisme japonais dans ce domaine.

..., Professeur Tomonori Hasegawa, Professeur Paul Garassus, Hirotoshi Nishizawa directeur de l’AJHA, ...

Situation récente et actions entreprises

Le tremblement de terre est survenu le 11 mars 2011 à 16:46:18. Près de 15.000 morts ont été recensés et 11.000 personnes sont portées disparues. Le nombre des réfugiés est supérieur à 125.000. Les personnes âgées ont été les plus touchées, deux tiers des personnes décédées ayant plus de 60 ans (19,1% entre 60 et 69 ans, 24,0% entre 70 et 79 ans et 22,1% plus de 80 ans) : les moins de 10 ans ne représentent que 4% des victimes. C’est le Tsunami qui a été dévastateur avec 90% des décès (essentiellement par noyade), le tremblement de terre ayant été beaucoup moins meurtrier (5% par écrasement).

Enquête immédiate sur les besoins hospitaliers (par mail et fax)

218 hôpitaux interrogés dans les 9 préfectures concernées (Aomori, Iwate, Miyagi, Akita, Yamagata, Fukushima, Ibaragi, Niigata, Nagano) avec 92,7% de réponses (202/218)

NonOuiNon applicable
Dommages 70 128 4
Dommages pour les patients hospitalisés 147 5 50
Dommages parmi les équipes soignantes 137 7 52
Dommages concernant l’instrumentation 61 90 51
Dommages concernant l’alimentation électrique 61 92 49
Prises en charge de blessés 88 62 52

Timing des actions de l’association AJHA à la suite du tremblement de terre

-  11 mars : tremblement de terre suivi du tsunami
-  13 mars : recherche et prise de contact auprès des hôpitaux de la région détruite
-  14 mars : établissement d’un quartier général, centre de contrôle
-  15 mars : mise en place d’une banque de dons
-  16 mars : envoi de la première équipe médicale (six équipes, 21 personnes), suivi rapidement d’autres équipes (au total 73 équipes et 293 personnes) ; demande de prêt pour la reconstruction au près du ministère de la Santé, du Travail et de l’Aide Sociale.
-  18 mars : prise en charge de 20 patients par hôpital membre de l’association
-  22 mars : participation aux réunions de coordination de l’aide de santé
-  26 mars : publication des actions entreprises
-  1 avril : évaluation des besoins et transport des premières aides matérielles sur place par le Vice-Président de l’Association Inokushi.
-  5 avril : participation aux travaux d’élaboration de la charte de secours pour le long terme
-  9 avril : évaluation des actions entreprises et enquête sur leur impact, par le Président Nishizawa

Résumé des actions de l’AJHA

Collecte et centralisation des informations Mise à disposition et transition des équipes pour les prises en charge de court séjour, patients chroniques mais aussi concernant les pathologies mentales Compartimentation des besoins matériels mais aussi coopération avec les autres équipes médicales Envoi d’équipes de soutien avec ou sans aide financière Prise en compte des modifications d’activités hospitalières liées aux problèmes de transport (routiers essentiellement, empêchant l’accès aux soins) Collecte et distribution de moyens matériels, déploiement d’équipes de soutien Peu d’aides publiques pour les hôpitaux privés, d’où actions de l’association afin de faire face à leurs difficultés organisationnelles

Pour tout contact : info@ajha.or.jp http://www.ajha.or.jp/


Ecrit le 12/06/11 | envoyer l'article par mail envoyer par mail | impression Imprimer

Grands Témoins

Interview de Guy Vallancien pour la publication de son livre « La Médecine sans médecin »

La SFES interviewe Guy Vallancien à l’occasion (...)

Lire la suite >

L’analyse du risque de change Par Béatrice Majnoni d’Intignano, Professeur d’Economie Interview réalisée pour la SFES par le Dr Paul GARASSUS

1 - Votre article dans le Monde daté samedi 18 (...)

Lire la suite >

Interview de Christian BABUSIAUX et Richard DECOTTIGNIES Président et Directeur d'IDS: Institut des Données de Santé

Paul GARASSUS Merci de recevoir la SFES. Nous (...)

Lire la suite >

Jean-Luc Harousseau

Président du Collège de la HAS (Haute Autorité (...)

Lire la suite >

Daniel BAHR

Ministre fédéral de la Santé - Allemagne

Lire la suite >

Atelier JGEM-SFES méthodes pratiques de modélisation

Retrouvez ci-dessous les présentations des intervenants : 1- (...)

Lire la suite >

Séminaire SFES JGEM 2015

Retrouvez ci-dessous les présentations des intervenants : 1- (...)

Lire la suite >

Évenements de l’année en économie médicale 2015 - 22 Janvier 2015

Lire la suite >

Séminaire JGEM SFES CES - Paris, 23 Janvier 2014

Retrouvez ci-dessous les présentations des intervenants : Un (...)

Lire la suite >

Médicaments : Accès au marché et contrats de performance - Paris, 11 décembre (...)

Comment maintenir l’accès à l’innovation thérapeutique, compte tenu (...)

Lire la suite >

Health outcomes in Europe : The QALY controversy - Bruxelles, 25 Janvier (...)

Lire la suite >

Contrainte financière, Evolution des méthodes de paiement, Transformation des (...)

Salle des Actes - 14h00- 17h00 - Faculté des sciences (...)

Lire la suite >

Séminaire - Actualités politiques et managériales en santé

Ce séminaire concrétise le partenariat de cinq universités autour (...)

Lire la suite >

Le retour sur investissement des dépenses engagées dans la lutte contre le (...)

Résumé Les autorités réglementaires européennes qui délivrent les (...)

Lire la suite >

Quel modèle économique hospitalier ? Ce que l’Europe peut nous (...)

Lire la suite >

Médicaments : Accès au marché, arbitrage des valeurs, fixation des (...)

7ème séminaire Descartes – Berkeley – Evry Jeudi 24 mai 2012, Salle (...)

Lire la suite >

Réunion SFES : Modéliser pour décider

Modéliser pour décider Réunion de la SFES, Lyon le jeudi 19 avril (...)

Lire la suite >

Séminaire JGEM-SFES , Comment choisir son schéma d’étude ? Essais randomisés vs (...)

Dans le cadre des « évènements de l’année en médecine 2013 », (...)

Lire la suite >

Médicaments : accès au marché, arbitrage des valeurs, fixation des prix - 7e (...)

RÉSUMÉ Dans le monde entier et dans toutes les activités de soins, (...)

Lire la suite >

Séminaire JEM SFES : Introduction aux outils statistiques bayésiens - Paris, (...)

Tirer parti de toute l’information en Economie de la Santé Dans le (...)

Lire la suite >